Ce que nos cheveux disent de nous

Et si finalement, aller chez le coiffeur, c’était un peu comme aller chez le psy ? Oh comme je suis sûre qu’une coiffeuse attentionnée, un peu Sherlock, un peu Dolto, pourrait de nous faire un portrait bien plus précis qu’un Rembrandt ou qu’une photo.

Moi, si j’étais coiffeuse, voici d’ailleurs ce que je dirais.

À la voisine aux cheveux roses (menteuse ! ce sont des extensions ! ) : tu te cherches, mais tu t’égares ! Six mois au Japon, et te voilà rentrée, le rose aux cheveux, le noir sur les lèvres, et dans l’esprit un vrai gribouillage. Sur ta tête c’est Waterloo… Tu poursuis ton voyage au rayon couleurs éphémères de ton supermarché de quartier. Les teintures forment la jeunesse…

À la jeune fille aux cheveux longs et trop lissés : féminité n’est pas féminisme. Tes cheveux de princesse n’effacent pas le maquillage que tu te poses à la truelle sur ton visage figé pour faire de toi l’autre jeune fille, et l’autre midinette, et ta meilleure copine, et la fille du métro, et celle du Mac Do… D’ailleurs, d’ailleurs… devant ton miroir, quand tu te regardes, qui donc reconnais-tu ? Ne restent de toi que tes cheveux lissés comme une pub de sous-vêtements … Retrouve tes boucles, ton vrai teint de princesse : être soi c’est bien mieux qu’être quelqu’un.

À la jeune mère aux cheveux secs, ébouriffés, fatigués de ses nuits, éreintés par ses journées : tu as besoin d’un bon masque pour ôter celui, ingrat, que la jeunesse de tes petits te fait porter. Ce conseil à l’huile de coco est un rappel à soi ! À s’aimer ! À ne pas s’oublier ! Tes enfants épuisent ta fibre capillaire. Enceinte, tes cheveux brillaient d’une belle utopie maternelle. La réalité t’a comme nous toutes évidemment bien rattrapée. Allez, sers-toi un verre, un livre, et détends-toi. Le temps d’un masque, prends soin de toi.

Au monsieur à bonnet, matin et soir, même en été : j’ai percé l’autre jour le secret que tu caches sous ton laineux couvre-chef… tu perds tes cheveux mon vieux, mais tu ne veux surtout pas l’admettre ! Tu as chaud, le temps passe, plus un cheveu qui dépasse… Tu vas devoir le reconnaître : tu n’es, décevant scénario, ni George Clooney ni Di Caprio.

À la grand-mère aux cheveux blonds : à quel âge est venu pour vous ce cruel dilemme? Celui qui pousse chaque femme un jour à se demander : « me teindre ou ne pas me teindre? ». Oui, car telle est la question. Et il y a bien longtemps, vous avez dû opter pour l’une ou l’autre réponse. Cheveux blancs qui disent mon âge, qui disent que j’ai vécu, que mes enfants sont grands ? Ou cheveux teints qui trahissent que je n’aime pas mon âge, que j’ai trop bien vécu, que je veux arrêter le temps ? Que je refuse de vivre une vie en noir et blanc, et qu’avec ma couleur, si je ne trompe personne, je trompe au moins un peu ma peur de mal vieillir ?

Oui nos cheveux disent aux autres qui nous sommes. Et quand on change de coupe, si la coiffeuse est douée, on devient la personne qu’on voudrait devenir, au moins pour un instant.

Allez, montrez-moi vos cheveux, je vous dirai qui vous êtes !

5 réflexions au sujet de « Ce que nos cheveux disent de nous »

  1. J’adore ! A croire que tu étais dans ma salle de bain il y a quelques heures, alors que je faisais poser mon huile de coco.
    Il aura fallu l’invasion de poux tant redoutée pour me décider à tester ça, il parait que ça les faire fuir et si en plus ça peut nourri ce qui me reste de tignasse… 😉
    Bien vu en tout cas, je regrette tout de même l’époque ou je me lissais les cheveux tous les matins, plus le temps ; il faut préparer les enfants !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui j’ai vu sur mon fils les effets de l’huile de coco, pour traiter les poux huile de coco+ tea tree. Ses cheveux étaient magnifiques après, mais ça devient très très liquide, ce n’est pas le plus pratique … Pour les cheveux lissés, je déplore tout de même toutes ces jeunes filles qui se ressemblent toutes et manquent cruellement de naturel… de temps em temps c’est sympa, mais là ça devient névrotique cette obsession du lisse !

      Aimé par 1 personne

  2. C’est toujours un plaisir de te lire, d’ailleurs ça me rappelle qu’il faut que je prenne rdv chez le coiffeur, je suis en pleine détresse capillaire de mère de famille avec un bébé en bas âge qui persiste à réduire mon temps de sommeil comme peau de chagrin. Et comme de surcroît je suis mariée à un pigeon voyageur il est bien compliqué de trouver un peu de temps pour ma tignasse, les lissages et les brushings ce n’est plus que pour les grandes occasions !

    Aimé par 1 personne

Répondre à Virginie Neleditesapersonne Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s