Au pays des faut qu’on et y’a qu’à

Je vis dans une contrée peuplée de drôles de bêtes. Des grands et des petits, des faut qu’on et des y’a qu’à.

Les faut qu’on font beaucoup… mais jamais assez. Ils emplissent leurs journées de grands riens et de petits beaucoup. Beaucoup de vent brassé, de claviers pianotés, de messages envoyés, d’achats compulsivement réalisés, de grands rêves de vacances et de tours du monde en voilier, mais peu de jeux et peu de baisers. Ils s’activent puis se reposent, se reposent puis s’activent, et déplorent chaque soir que le temps passe trop vite. Ils ne dorment pas assez, ne courent pas assez, ne font pas assez attention à leur alimentation, ne prennent pas assez soin des anciens, ne passent pas assez de temps avec leurs enfants, ne rangent pas assez et ne sont pas assez organisés. Ils n’économisent jamais assez d’argent, ne vont jamais assez loin dans leurs projets. Ils ne sont jamais assez contents d’eux, ni de leur vie, ni de leurs enfants.

Les y’a qu’à, à l’inverse, font beaucoup de petits riens, et peu de grandes choses. Ils ne construisent rien que des châteaux de sable et de Kapla aussitôt démontés. Ils courent sans aller nulle part, chantent sans rêver d’être star, évoquent un avenir fait de mille métiers mais ne savent pas encore ranger le linge sale dans le panier. Les y’a qu’à ne discutent pas, ils rêvent à voix haute. Ils gonflent leurs journées de voyages extraordinaires comme ils emplissent leurs poches de trésors de gravier. Ils font la guerre pour un jouet et l’amour pour un bonbon, aiment les chansons qui font rire et les dessins gais des héros qui s’animent sur l’écran pour les faire rêver les yeux ouverts. Les y’a qu’à sourient beaucoup, rient aux éclats et parlent fort. Ils occupent tout l’espace et se moquent de l’ordre. Ils ne connaissent pas tous les mots qui font peur, comme polémiquer, Alzheimer, ou apocalyptique. Ils n’évoquent que les histoires de ninjas, d’îles désertes et de chevaliers. Les y’a qu’à écoutent peu les faut qu’on… mais c’est bien réciproque !

Les faut qu’on s’engluent dans les devoirs : faut qu’on fasse les comptes, faut qu’on repasse le linge, faut qu’on appelle Mamie, faut qu’on fasse les courses, faut qu’on se mette au régime, faut qu’on arrête de boire et de fumer, faut qu’on repeigne la salle de bains, faut qu’on arrache les mauvaises herbes… Les faut qu’on sont débordés de petites choses qu’ils n’ont pas très envie de faire. Souvent d’ailleurs ils espèrent que le faut qu’on avec lequel ils vivent le fera à leur place. Alors rien n’est jamais fait, et le linge déborde du panier, comme vomi sur le parquet de la chambre à coucher qui ressemble en fin de semaine à un chantier de fouilles archéologiques : « Chéri ! Où est passé ma chemise rayée ? » hurle le faut qu’on perdu dans le dédale de la chambre (heureusement les coordonnées GPS de son téléphone intelligent l’aideront à se sortir des tréfonds de l’organisation).

Un jour, les y’a qu’à auront grandi, et les faut qu’on n’auront plus qu’à se souvenir avec regret de ces moments où y’avait qu’à en profiter un peu plus, sans se faire trop de tracas.

Faut qu’on apprenne à penser… qu’y’a plus qu’à vivre un peu mieux, car du temps, on en a assez, si on sait bien… non, non, pas l’organiser, mais le diluer à grandes doses d’imaginaire pour faire de la vie un goûter. Faut qu’on… soit gourmands de nos enfants. À vos Kapla ! Y’a plus qu’à !

8 réflexions au sujet de « Au pays des faut qu’on et y’a qu’à »

  1. On vit dans le même pays à ce que je peux lire… Sachant que les choses réellement faites se résument à une seule personne qui les fait et à qui l’on dit après, « on » a fait…

    Aimé par 2 personnes

Répondre à Latmospherique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s